« Comment pouvez-vous prétendre redresser l'activité par la planification écologique? dans votre programme, je ne vois que des multiplications de subventions! »

Question posée par Henri le 10 novembre 2011, 8 contribution(s)

Mots clés : planification écologique, écologie, économie

Contributions

OeildeGauche a dit le jeudi 24 novembre 2011 à 02:24 : #1

Effectivement notre programme propose la mise en place d'incitation aux activités écologiques (tel que normes écologiques de l'habitat, transports collectifs urbains, fret des marchandise, etc...) qui seront générateur d'activité et d’emplois, ainsi que des taxe qui décourageront les activités polluantes et feront payer les pollueurs pour la dé-polution notamment des sites industriels.

rendre optimal les économies d'énergie et promouvoir les solutions écologique existantes sont un premier pas vers un monde écologique, tout en relançant localement l'activité.

agauchetoute a dit le vendredi 27 janvier 2012 à 22:31 : #2

La méthode de la planification écologique est semblable au New Deal : au lieu de contracter l'économie comme l'avait fait ses prédécesseurs par le biais de plans de rigueurs, Roosevelt a subventionné l'économie américaine, ce qui permit de diminuer le chômage et d'augmenter l'activité, la consommation, la recherche et l'innovation, donc création d'emploi, etc. Remarquer que l'Allemagne tire une partie de sa croissance sur les emplois "vert". Idem pour le Danemark.
La planification écologique, c'est donc un new deal orienté vers l'écologie.

Coxnubuk a dit le vendredi 10 février 2012 à 22:28 : #3

La planification écologique c'est aussi selon moi une autre façon d'apprehender notre territoire.
1) C'est le réaménager en rapprochant les emplois des bassins d'habitation, et non le contraire. Pour cela les pôles public doivent montrer l'exemple en s'installant dans tous les départements ce qui dynamisera des zones aujourd'hui moribondes, désengorgera les transports et les routes.
2) c'est favoriser les commerces locaux en leur donnant les moyens de se battre avec les grandes surfaces de la grande distribution: mise à disposition de locaux, tarifs préférentiels de l'énergie et eau, groupements d'achats publics, mise à disposition de la logistique de La Poste, organisation de circuits courts de distribution de produits agricoles, etc.
3) éviter de se lancer dans la surproduction et favoriser les investissements de long termes en limitant la concurrence à outrance de façon à assurer aux industriels des débouchés et donc un retour sur investissement raisonnable

Kettner a dit le mercredi 22 février 2012 à 13:20 : #4

Engager des grands travaux du style repenser les systèmes d'égouts des agglomérations par la méthanisation et la production d'engrais essayer de repenser la ville en terme d'autonomie énergétique.
Créer un véritable pôle d’ingénierie autour de ces axes et lancer des concours de réflexions sur tous ces sujets . En dehors du pétrole tout est à inventer soyons les premiers

Guillaume L. a dit le lundi 27 février 2012 à 13:37 : #5

J'ajoute aux commentaires précédents que la planification écologique touche toutes les strates de la production.

De la fabrication de meubles à la production d'énergie, de la construction à l'exploitation agricole. C'est une stratégie de sortie de crise par le haut, qui donne un "challenge" à la Nation!
"Comment sortir des énergies fossiles?"
"Comment construire des bâtiments durables?"
"Comment nourrir la population sans abîmer les terres?"
"Comment se déplacer sans polluer l'air?"
etc...

En 1929, la sortie de crise économique s'est faite à travers :

- les politiques de grands travaux (autoroutes en Allemagne, New Deal aux USA) et par l'économie de guerre,

- le partage (forcé) des richesses après la destruction généralisée du capital en Europe qu'à engendré la guerre.

- la moralisation de l'économie et de la société (Glass Seagall Act aux USA, Pacte social du CNR en France...)

L'enjeux est déviter que l'issu de cette crise économique/monétaire actuelle se règle par la guerre. Le défis moteur que constitue la planification écologique est une façon intelligente d'en sortir par le haut.

MAZINGUE a dit le jeudi 05 avril 2012 à 11:29 : #6

Ce qu’il nous faut c’est de la création d’emploi et pour cela ,il faut de l’idée ensuite des financements ,de la main d’œuvre qualifié ,de la formation adapté c’est deux dernier nous les avons et nous avons même les meilleurs ingénieurs .Alors que nous manque t’il l’idée elle ne sera et nous le savons qu’écologique ,elle existe déjà ,mais elle contrarie le monde des finances Et bien qu’elle est telle et elle s’adresse à l’Europe entière un investissement en masse dans l’écologie . ,et j’en ai déjà parlé .C’est l’individualisation de l’énergie et pas n’importe la qu’elle ,une énergie qui nous rendra autonome et qui fera descendre tous les coûts .Il ne s »agit pas de l’éolienne ,bien que nous pourrions aussi faire cette transformation .Il ne s’agit pas du biocarburant qui se révèle plus polluant que tout autre carburant !C’est celui du photovoltaïque pas celui que tout le monde connait ,la transformation de l’électricité en hydrogène .Des pays et même en France y travail déjà ;imaginé le nombre d’emploi dans le bâtiment , la plomberie ,l’automobile, là ferronnerie ,le transport, la vente etc….. des millions d’emplois chacun pourrait créé sa propre énergie .C’est une question de volonté politique d’investissement, qui nous libérerai de l’énergie, avec l’indépendance énergétique nous serions poussé vers l’avenir. Et cela seul le programme du FDG est capable de le réaliser.

mazingue a dit le jeudi 05 avril 2012 à 19:46 : #7

,j'ai fais une enquête sur les salaires et voilà ce que cela donne c'est une des piste sur une proposition de relance ensuite je vous en donnerai une autre ,l’écart des salaires ,qui se creusent d’années en années . bien entendu IL s’agit d’une juste répartition et l’écart des salaires est devenu trop important ,il faut le réduire en augmentant moins les plus hauts salaires qui eux place et ne font pas circuler l’argent alors que les petits ont tellement de choses à rattraper relanceront une partie de la consommation .Mais vous avez raison et prenons un exemple en excès; donc ;il y 30 années un petit salaire brut était de 900 eurs un moyen de 1200 eurs et le plus haut était de 2200 eurs ,que constatons nous la première année ,et bien sur un an l’écart pour une augmentation générale de 1.5% était de 16.000 eurs , jusqu’à là rien d’anormale .Nous ne compterons bien entendu pas le salaire à l’embauche ni même ,les augmentations individuelles .Au bout de 30 années toujours avec une augmentation de 1.5 % par an et là on voit l’écart croissant qui est alors de 24.000 eurs sur un an ,ne pas oublier qu’il faut multiplier se chiffre environ par 27 .Que voyons nous les plus hauts salaires on eu le temps de s’acheter une superbe maison ou bien faire de bon placement. Si nous avions en exagérant au premier salaire c’est à dire au 900 eurs donner 2% au second 1.5% et au troisième 1 seul % .L’écart ne serait plus qu’au bout de ces trente années ,que de 16.000 eurs à toujours multipliez par 27 environ .J’ai pris ces pourcentage exagérés ;Pour démontrer la puissance de mon argumentation ,mais nous aurions pu mieux répartir ,sans nul doute, mais voyez vous nous sommes très prêt d’une réalité .Nous avons les moyens par-ci ,par- là ,tout est question de justice et d’équité ,et je suis sûr que ces salariés seraient encore plus compétitif .

mazingue a dit le jeudi 05 avril 2012 à 19:48 : #8

cv'est un moyen d'augmenter les salaires sans trop démolir

Participer




Quelle est la troisième lettre du mot qzdkk ? : 

Identi.ca Twitter Digg Stumble Delicious Technorati Facebook
Parce que nous sommes plus intelligents collectivement, à vous de jouer...

C'est ici que vous pouvez apporter votre pierre à "l'Argumentoire" en donnant vos arguments, votre façon de répondre, en partageant vos idées.

N'hésitez plus,
c'est à vous d'argumenter !

Mots clés