« les grandes entreprises françaises délocalisent pour payer une main d'oeuvre moins cher; il faut travailler plus pour être plus compétitif... »

Question posée par phillipe le 24 décembre 2011, 7 contribution(s)

Mots clés : économie, défaitisme, réalisme, salaire

Contributions

JP Aulagner a dit le jeudi 19 janvier 2012 à 15:34 : #1

Nous sommes déjà plus compétitifs, puisque l'heure de travail produit plus de richesse en France qu'ailleurs. Si vous aviez le choix entre un chèque de 56 euro, que vous achetez dix et entre un chèque de 50 Euros que vous achetez 8. Lequel prendriez-vous ?

Thibault Carlini a dit le samedi 21 janvier 2012 à 20:35 : #2

A ce jeu de la compétition permanente un seul fini gagnant, le patron et ses actionnaires.
Que faut-il faire?
Il faut rendre la majeure partie de la production rationnelle en tenant compte de l'environnement écologique, ça suffit de fabriquer des aspirateurs, des fer a repasser, des chaîne hi-fi ou même des voitures irréparables, aujourd'hui l'obsolescence de tout est programmée pour faire tourner l'usine à gaz, cela nuit à notre portefeuille et à notre planète qui se remplit de déchets.
En plus de ça la majeur partie de ces produits de mauvaise qualité viennent de Chine ce qui déstabilise notre économie en contribuant au déficit annuel de 75 milliards d'euros et à la privation de dizaines de milliers d'emplois.
A qui profite ce déficit? Pas aux chinois qui produisent au prix de mauvaises conditions de vie, au détriment de leur campagne qu'ils désertent pour se rapprocher des usines.

Le besoin n'est plus d'être compétitif, être compétitif aujourd'hui correspond a prendre un travailleur pour un hamster et a le faire courir dans sa roue.
Nous n'avons plus besoin de tant d'objets jetables.
Il y a une époque pas si lointaine où les producteurs faisaient instinctivement de la qualité, aujourd'hui on constate que les fabricants vont jusqu'à installer des vis à tête indévissable ou à thermo-coller les boîtiers électroniques quand la panne est parfois due à une mauvaise soudure, un composant défectueux, ou simplement une pièce d'usure (charbon des moteurs électriques).
Alors non il ne faut pas travailler plus pour être compétitif mais travailler pour une économie de proximité économe en pollution et planifiée.
Nous pouvons très bien commander des pièces aux chinois, afin que le rapport soit équilibré en valeur ajoutée et exiger des cahiers des charges avec fourniture SAV decenale pour toute production qu'ils voudraient nous importer, cela amènerait des emplois de maintenance et de réparation chez nous et relocaliserait les compétences.

Françoise Dinand a dit le mercredi 01 février 2012 à 10:48 : #3

la relocalisation du travail et donc de l'industrie est primordiale , elle devra aussi être liée à la planification écologique , le but ultime, ce sera de fabriquer des produits propres à haute fiabilité et technologie , nous avons des ingénieurs performants qui s'expatrient , c'est aussi sur cet aspect que ce travail doit être conduit, donc les entreprises qui iront dans ce sens seront aidées et l'enseignement sera incité à diriger ses chercheurs vers cette nouvelle manière de concevoir le futur industriel, plutôt que de soutenir les écoles de commerce qui ne pensent qu'à faire des banquiers et des vendeurs , il faudra privilégier les écoles d'ingénieur et la recherche scientifique et médicale

Laurent Leplat a dit le jeudi 16 février 2012 à 12:34 : #4

Je pense que le problème ne s'explique pas en terme de compétitivité puisqu'on assiste à la délocalisation d'entreprise qui font du bénéfice (elles sont donc compétitive de fait) mais en terme de profitabilité ; faire encore plus de bénéfice pour satisfaire les actionnaires et donc le marché financier cela au mépris du contrat social qui pouvait exister avant entre les entrepreneurs et leurs masses salariales. Un actionnaire étranger d'une part sociale d'entreprise française n'a rien à faire de l'emploi d'un ouvrier français duquel il ne sait rien. Il ne voit que la rentabilité de l'action qui lui est proposé sur le marché international. Qui plus est le taux moyen d'imposition sur les bénéfices des entreprises du CAC est de 8% (33 % pour les pme) ce qui n'empêche pas les délocalisation. CQFD baisser les impôts et les charges est une mesure inefficace ; quand nous auront le même niveau de vie que celui des travailleurs des pays les plus pauvres nous seront bienheureux car nous auront du travail et plus de sécurité sociale. C'est comme si nos enfants nous amenaient des beaux bulletins et que nous leurs disions qu'ils doivent s'aligner sur le niveau le plus bas de la classe ; ça n'a aucun sens.

David a dit le mercredi 22 février 2012 à 23:54 : #5

Il y a plus de 5 millions de personnes qui souhaitent travailler et qui ne trouvent pas d'emploi. Ce n'est pas la peine de rallonger la semaine de ceux qui travaillent déjà.
Connaissez-vous les pays d'Europe où on fait le plus d'heures de travail par semaine ? L'Autriche (44) puis la GRECE (43,7) ! Avec 41 heures de travail hebdomadaire, les Français se situent un peu en dessous de la moyenne européenne (41,5). Source Eurostat (données les plus récentes : 2008).

Thibaud a dit le jeudi 23 février 2012 à 08:57 : #6

Une entreprise qui aime son métier (et non le profit qu elle en tire ...) peut souhaiter délocaliser car elle ne peut plus s aligner sur les prix de ses concurrents. Si cette entreprise souhaite produire de façon a respecter les droits environnementaux, sociaux, de sécurité, fiabilité... mieux vaut pour elle qu elle reste en France : même si des choses sont a améliorer, nous savons produire durable et en respectant toutes ces normes utiles a la societe et a l environnement.
Le principal problème de cette entreprise n est donc pas le lieu de production mais le budget consacre par le consommateur pour son produit. Quel citoyen peut respecter son éthique en gagnant 1020e par mois ? Qui peut manger bio aujourd hui ?
Depuis de nombreuses années les salaires ont très peu augmentés pour les classe moyennes. Les revenus des actionnaires eux se portent de mieux en mieux ... Augmenter les salaires des classe moyennes et limiter ceux des actionnaires, c est peut être la qu il faut chercher pour limiter les délocalisations.

Geneviève a dit le samedi 23 juin 2012 à 15:46 : #7

* on ne travaille pas "plus" quand des millions de gens sont au chômage;

*on ne fait pas d'heures sup non plus; on se bat pour un salaire décent

* les chinois devenant plus revendicatifs, la production se délocalise à nouveau vers des contrées plus profitables : le capital se déplace sur la planète comme une nuée de sauterelles qui ravage l'humanité et son environnement

Participer




Quelle est la quatrième lettre du mot mtcyx ? : 

Identi.ca Twitter Digg Stumble Delicious Technorati Facebook
Parce que nous sommes plus intelligents collectivement, à vous de jouer...

C'est ici que vous pouvez apporter votre pierre à "l'Argumentoire" en donnant vos arguments, votre façon de répondre, en partageant vos idées.

N'hésitez plus,
c'est à vous d'argumenter !

Mots clés